Casualties and various facts !

New - Naufrage du Maro.
Le caboteur MARO, a quitté Bayonne le jeudi 6 mars 2008 pour rejoindre le port de Pasajes, à cause d'une avarie de machine, le Maro s'est échoué vers minuit, à environ 2 miles du cap Higuer à fontarabie. Les sept membres de l'équipage ont été évacués par hélicpotère. Le navire était vide et contenait 54 tonne de fioul de propulsion plus 2000 litres d'huile. Plusieurs unités sont alors intervenues pour tenter de sortir le caboteur de la falaise : Le ALONZO DE CHAVEZ, la vedette Salvamar Orion, les deux remorqueurs du port de pasajes FACAL 18 and 19 , un hélicoptère plus un avion de la SASEMAR. La tempête s'est levée dimanche, obligeant les remorqueurs à quitté la zone et le Maro s'est brisé en deux puis en trois pendant la journée du mardi 11 mars.

 

New - Sinking of Maro.
The coaster MARO, left Bayonne Thursday, March 6, 2008 to reach the port of Pasajes, because of a breakdown of her engine, Maro ran aground around midnight, about 2 miles from Cape Higuer near from fontarabie. The seven crew members were evacuated by helicpoter. The ship was empty and contained 54 tons of fuel and over 2000 litres of oil. Several units started to try to
refloat the coaster from the cliff: ALONZO DE CHAVEZ, Salvamar Orion, the two tugs from the port of pasajes FACAL 18 and 19, an helicopter and a plane of the SASEMAR. A storm rised on Sunday, forcing the tugs to leave the area and the poor Maro broked into two and then into three during Tuesday, March 11.

 

Photo 1 : Maro, Bayonne (04/03/08) - Photos 2 à 5, Maro échoué puis brisé par les vagues contre les rochers - Photo 6, Alonzo de Chavez. (Merci à Miguel Rodriguez)

Photo 1 : Maro, Bayonne (04/03/08) - Photos 2 à 5, Maro grounded then broked by the waves against the rocks - Photo 6, ALonzo de Chavez. (Thanks to Miguel Rodriguez)

MARO - IMO 8020800 - 95,71 DWT : 4125 t (1981) (Cassens Shipyard - Germany) - Ex : GOLF (1981-1996) - LYSKRAFT (1996-2000) - GOLF (2000-2004).

New - Les habitants de Capbreton (Landes) ont eu une bonne surprise le matin du 5 décembre 1969 lorsqu'ils ont découvert échoué sur la plage, tout près de l'estacade, le cargo grec EVLALIA. Son commandant avait simplement confondu l'entrée du petit port de pêche et de plaisance de Capbreton avec celle du port de commerce de Bayonne, 20 kilomètres plus au sud!! Le cargo a été renfloué mais EVLALIA était vraiment destiné à mal finir sa carrière puisque après avoir été remis à l'eau, il a péri dans un naufrage près du port de Constantza en Roumanie, en mars 1972!

New - People of Capbreton (Landes) had a good surprise on the morning of December 5, 1969 when they discovered stranded on the beach, near the wooden jetty, the Greek freighter EVLALIA. Her master had simply confused the entrance to the small fishing port and marina of Capbreton with the commercial port of Bayonne, 20 kilometers further south! The cargo vessel was salvaged but EVLALIA was really intended to badly finish her career, since after being returned to the water, she died in a shipwreck near the port of Constantza Romania, in March 1972!


EVLALIA - Photos : Yvon Perchoc collection
General Cargo Ship, IMO 5293729, built in 1954 as RHEA, De Merwede shipyard in Hardinxveld (Netherlands), LOA : 96.0 m, DWT : 3010 T,
(68 EVLALIA - wrecked off Constantza port 12.3.72)

30 ans déjà !
La nuit du 1er au 2 Décembre 1976 restera à jamais gravée dans la mémoire des landais ! Une nuit d’enfer. Des vents d’apocalypse. Les pins de la forêt landaise couchés comme les pièces d’un Mikado Géant. En mer, la tempête est terrible et trois navires marchants vont en faire les frais. Le premier à se retrouver drossé à la côte, est la cargo vapeur Virgo de 109,25 mètres battant pavillon grec. Construit en 1954 par Orenstein-Koppel à Lübeck en Allemagne, le Virgo a quitté Bayonne direction le Portugal. Au large de Bilbao, dans l’impossibilité de naviguer à l’ouest, son commandant fait mettre cap au Nord pour tenter de fuir l’ouragan mais son navire part à la dérive et s’échoue à 5 km au sud de Mimizan à 3 heures du matin dans des creux de 14 mètres. Au même moment, plus au nord, le cargo moteur panaméen Ruben, lancé en 1951 par les chantiers Unterweser à Brème et le pétrolier grec Apollonian Wave construit au Japon à Innoshima en 1958 sont en perdition dans le golfe de Gascogne, machines en panne. L’équipage du pétrolier qui accomplit là son dernier voyage direction les chantiers de démolition espagnols est évacué dans la journée du 2 décembre par hélicoptère. Le vieux navire de 207 mètres vient lui aussi s’échouer à Mimizan, à 700 mètres du Virgo. A bord du Ruben, les moteurs redémarrent, l’espoir renaît. Hélas, quelques heures plus tard, c’est de nouveau la panne. Le navire s’échoue à Seignosse, 60 kilomètres plus au sud ! Sans cela, il se serait lui aussi retrouvé sur la plage de Mimizan… Pour le Virgo, le destin est rapidement scellé. Il est démoli sur place. On tente bien de sortir l’Apollonian Wave des brisants de la plage avec l’aide du remorqueur Pacific mais les moyens sont insuffisants et le pétrolier finit par se briser en deux. Il sera tristement démoli in situ. Le Ruben est en bon état. Il est décidé de le sauver. Après de multiples tentatives, il est enfin renfloué début août 1977 et gagne Bayonne d’où il était parti 8 mois plus tôt. Il y restera 1 an. Mais le coût du renflouement et les frais de remise en état trop importants obligent son propriétaire à le vendre à la casse. Il sera démoli en 1978 à Zumaya en Espagne.

30 years ago!
The night of December 1 to December 2, 1976 will remain registered forever in the memory of people of South West of France! One night of hell. Winds of apocalypse. Pines of the Landes forest lying like the parts of a giant Mikado. At sea, the storm is terrible and three merchant ships will dearly pay the price. The first to be "throwed" at the coast, is the steamer cargo liner Virgo, 109,25 meters, Greek flag. Built in 1954 by Orenstein-Koppel in Lübeck, Germany. Virgo left Bayonne direction Portugal. Near from Bilbao, in impossibility of sailing to the west, her master change the heading to the North to try to avoid the hurricane, but the ship drifts and runs aground 5 km in the south of Mimizan at 3 O'clock in the morning. At the same time, more in north, the Panamanian cargo liner Ruben, launched in 1951 as Delia by Unterweser building in Bremerhaven and the Greek oil tanker Apollonian Wave, Ex Vega, built in Japan in Innoshima in 1958 are in distress in the Bay of Biscay, engine broken down. The crew of the tanker making her last voyage to be broken up in Spain is evacuated in the day of December 2 by helicopter. The old ship of 207 meters also runs aground in Mimizan, at 700 meters from the Virgo. On board the Ruben, the engines start again, the hope reappears. But few hours later, it is again the breakdown. The ship runs aground in the beach of Seignosse, 60 kilometers in the south from Mimizan...Sad destiny for these 3 vessels : The Steamer Virgo will be broken up on the sand. The Pacific tug boat will try to refloat the Apollonian Wave but the vessel will break into two and will be broken up later on. The Ruben is in good condition. It is decided to save her. After several attempts, she is finally refloated at the beginning of August 1977 and arrives in Bayonne in tow, Bayonne from where she had left 8 months earlier. There she will stay 1 year. But the too heavy cost of the salvage operation and hull repairs oblige her owner to sell her for scrap. She will be broken up in 1978 in Zumaya, Spain.

VIRGO - Photos 1 & 2 : Claude Juglin
General Cargo Ship, IMO 513653, built in 1954 as GRONNEBEK, Orenstein-Koppel shipyard in Lübeck (Germany), LOA : 109.2 m, DWT : 4808 T,
( 69 SUNSHINE - 71 NICOLAOS H. - 76 VIRGO )

APOLLONIAN WAVE - Photo 3 & 4 : Claude Juglin, Photo 5 : Yvon Perchoc, Photo 6 : from my own collection.
Oil Tanker, IMO : 5377446, built in 1958 a VEGA, Hitachi Shipyard in Innoshima (Japan), LOA : 207 m, DWT : 33805 T,
( 71 VEGA I - 73 APOLLONIAN WAVE )

RUBEN : Photo 7 & 8 : Ph Lauga, Photo 9 : from my own collection
General Cargo ship, IMO 5088150, built in 1951 as DELIA, Unterweser shipyard in Bremerhaven (Germany), LOA : 82.7 m, DWT : 1939 T
( 71 SICBALTIC - 73 ROBIN - 74 RUBEN )

Un grand merci à Claude Juglin, témoin du drame et du destin du Virgo et de l'Apollonian Wave à Mimizan pour son aide précieuse.

A special thanks to Claude Juglin, witness of the drama and destiny of the Virgo and the Apollonian Wave in Mimizan, for his precious help.

La panne du Konstantinos

Vendredi 17 janvier 2003, le Konstantinos quitte Bayonne. Arrivé à l'embouchure de l'Adour, c'est la panne du régulateur qui stoppe le moteur. Aidé par la marée descendante, le Konstantinos continue mais touche la digue nord causant deux voies d'eau. Le remorqueur du port Aturri et le supply Aquitaine Explorer ne sont pas en mesure d'intervenir. Grâce à la pilotine Arthy et l'expérience du pilote embarqué à bord, le pire est évité. Plus tard, le moteur redémarre et le navire chypriote réussit à aller jusqu'à Bilbao pour y être réparé, malgré une gîte importante causée par une voie d'eau à l'avant..

Beakdown of the Konstantinos

Friday january 17, 2003, "Konstantinos" leaves Bayonne. Arrived at the mouth of the Adour River, it is the breakdown of the regulator which stops the engine. Helped by the downward tide, "Konstantinos" continues but touches the northern dam causing two water ways. the port tug Aturri and the supply Aquitaine Explorer are not able to operate. Thanks to the pilot vessel "Arthy" and the experiment of the pilot of the port aboard, the worst is avoided. Later, the engine starts again and the cypriot ship manages to go to Bilbao to be repaired, with a heavy list because a hole below the waterline...

Konstantinos: 1977 in Kawajiri, IMO 7632448, Ex Shinryu Maru, Silver Shinryu (81), Alikarnassos (86), Konstantinos (02), Alexandra T (03), 144x22,4, Dwt : 17430 t - In service

Photos : José Arocena.
Report of the casualty (in french) Sextan.com

Explosion sur le Chassiron

Une explosion s'est produite à bord du tanker "Chassiron", le matin du vendredi 13 juin 2003. Le tanker français était vide. L'explosion s'est produite pendant le nettoyage des cuves. Une partie du pont a été détruite et une brèche s'est ouverte sur la coque, au dessus de la ligne de flottaison. Un marin sénégalais de 35 ans a été tué. Le Chassiron se trouvait à environ 38 miles de la côte. Il a pu revenir par ses propres moyens à Bayonne, accompagné par deux navires et un hélicoptère de l'armée.
Chassiron a été réparé et continue sa carrière.

Explosion of the Chassiron

An explosion occured onboard the tanker "Chassiron" the Friday 13 June, 2003 in the morning. The French tanker was empty of oil. The explosion happened during cleaning at the stern of the ship. Part of the bridge was damaged and the hull was breached above the water line. One crew member, a 35-year-old seaman from Senegal, was killed. The tanker Chassiron was about 38 miles off the coast at the time. It returned to Bayonne, accompanied by two tow boats and an army helicopter.
Chassiron was repaired and continues her career.


Photos 1 & 7 : José Arocena. Sextan.com -
Photos 2, 3 & 4 : Marine Nationale. - Photo 5 & 6 : team swiss-ships (shoted from Aquitaine Explorer) - Photos 8 & 9 : Ph L

Une grue du port casse.

Une grue de l'Aciérie de l'Atlantique (ADA) s'est pliée le lundi 22 septembre 2003, à 20h45, en plein déchargement d'un cargo de ferraille. Pas de blessés, heureusement!

Rupture of a crane.

A crane of the steel-works of the Atlantic (ADA) yielded on Monday September 22, 2003, at 20h45 while it was discharging a cargo liner full of iron scrap. No casualty, fortunately!

Blocus du port de Bayonne

Une cinquantaine de chalutiers de l'ensemble de la façade Atlantique ont bloqué le port de Bayonne du dimanche vers 8 heures du matin jusqu'au mardi à 7 heures pour protester contre le risque de fermeture de la pêcherie d'anchois en juillet sur demande des pêcheurs espagnols.

The port of Bayonne blocked. 12/06/2005

Around fifty of fishing vessels of the whole Atlantic frontage blocked the port of Bayonne from Sunday around 8.00 in the morning to thusday at 7.00 to protest against the risk of closing of the anchovy fisheries in July on request of the Spanish fishermen.

La tragédie du Romulus (15/12/1969) - La nuit du "Titan"

Vendredi 12 décembre 1969, le vieux minéralier ROMULUS se présente devant Bayonne mais doit attendre la marée pour entrer au port. Le samedi matin 13/12/1969, le pilote monte à bord mais la machine ne démarre pas. C'est la panne! Le temps est au beau, le Capitaine Mazzolini décide d'entreprendre la réparation. Le dimanche, la tempête se lève. Le lundi soir, l'incident se transforme en tragédie. Le Romulus chasse sur ses ancres, dérive et heurte la jetée Nord. Il se brise en trois morceaux. Le Capitaine Mazzolini et quatre hommes d'équipage sont emportés par une énorme vague. Les vingt et un autres membres d'équipage trouvent refuge dans la cheminée, à l'arrière du navire. Un groupe d'hommes courageux va les sauver avec l'assistance de l'énorme grue "Titan" qui a été utilisée pour construire la Jetée. (Julien Miniconi, Georges Labro, Jean Lissardi, et d'autres héros...). Ils vont au risque de leur vie sauver les vingt et un marins de l'épave du Romulus.

 

Tragedy of the Romulus (15/12/1969) - The Night of the "Titan"

Friday December 12, 1969 , the old bulk carrier ROMULUS arrives in front of the port of Bayonne but she hat to wait for the tide to enter the port. On Saturday morning 13.12.1969, the pilot goes onboard but the engine does not start again. The ship suffered a major engine breakdown! The weather is good, and Captain Mazzolini decides to repair the engine. On Sunday, a severe storm rises. On Monday evening, the incident turns to a tragedy. The ROMULUS dragged her anchor and was drifting aground on the north jetty. Soon the ship breaks in three pieces. Captain Mazzolini and four other crew men were swept from the bridge by a huge wave. The other twenty one men of the crew takes refuge in the funnel, at the aft part of the ROMULUS. A group of brave men saved them with the assistance of the enormous crane "Titan" which was used to build the jetty. (Julien Miniconi, Georges Labro, Jean Lissardi, and other heroes...). With the risk of their life, they've saved the twenty one sailors from the wreck of the ROMULUS.
(Thank You to Markus Berger who helped me to translate my text.)

 


L'épave de l'arrière du "Romulus". On distingue la cheminée où 21 hommes d'équipage avaient trouvé refuge.

The wreck of the stern of the "Romulus". We see the funnel where 21 crew men found refuge.


La grue "Titan" -
The crane "Titan"



Le navire a été construit en 1942 en tant que M/S MALMLAND, vendu en 1962 à la "Société Maritime française" France et renommé M/S ILE GRANDE, puis vendu en 1967 à MAREGIDA CIA NAV , Panama et renommé M/S ROMULUS.

The ship was built in 1942 as M/S MALMLAND, then Sold in 1962 to "Société Maritime française" France as M/S ILE GRANDE, then Sold in 1967 to MAREGIDA CIA NAV , Panama as M/S ROMULUS.



M/S ROMULUS.




Dessin du sauvetage. - Drawing of the salvage.


Si vous venez à Bayonne vous verrez devant la CCI (Chambre de Commerce et d'Industrie) l'hélice du "Romulus". (Cliquez sur la photo)

If you come to Bayonne, you will see in front of the CCI (Commerce and Industry Chamber) the propeller of the "Romulus". (Clic on the photo)

Le "Capetan Tzannis" s'échoue (12/10/1997)

Le Capetan Tzannis (Pavillon panaméen, 14938 dwt, 145 mètres, construit en 1971, propriété de la compagnie Trade Winds Shipping), en provenance de Cap Vert attendait pour rentrer dans le port de Bayonne le 12 octobre 1997 et charger 12000 tonnes de soufre solide à destination de Cuba. Le soir, la tempête s'est levée. A 2h00 du matin, le navire a chassé sur ses ancres, dérivé et s'est échoué 4 heures plus tard, sans demander l'assistance du port de Bayonne, sur la plage du Miramar à Anglet. L'échouage a été causé par une succession de fautes et de dysfonctionnements techniques pendant la tempête. Le navire était vide, mais 120 tonnes de fuel se sont répandues sur la plage quand la coque s'est ouverte sur trois mètres à l'avant et ont pollué la plage. Le gouvernail a également été endommagé. Le navire a été renfloué par trois remorqueurs : le Pornichet, le Noirmoutier et l'Abeille Suporter (Aujourd'hui, Aquitaine Explorer), tôt le 14 octobre 1997. Il a directement été remorqué à Gijon pour y être démoli à partir du 31/10/97

 

The grounding of the "Capetan Tzannis" (12/10/1997)

The Capetan Tzannis (Panamanian-registry, 14,938-dwt, 145-meter, built in 1971, operated by Trade Winds Shipping), coming from Cap Verde, was waiting to enters the port of Bayonne, 12 October 1997, to load 12,000 tons of solid sulfur for Cuba. During the evening, the storm rises. At 2.00 a.m. the vessel dragged her anchor and went aground on the Miramar beach in Anglet, near from Byonne, 4 hours later, without asking the assistance of the port. The grounding was caused by a succession of crew errors and technical dysfunctions during the storm. The ship was empty but 120 tons of fuel spilled when the ship's bow was holed and polluted the beach. The Capetan Tzannis has also a damaged rudder. The ship was refloated by three tugs, le Pornichet le Noirmoutier et l'Abeille Supporter (Today Aquitaine Explorer), early on 14 October 1997. The vessel was towed to Gijon to be broken up the same year.

Capetan Tzannis: 1971 in Nagoya, IMO 7108796, Ex Pacprince, Prince Shaul (82), Savannah I (93), Capetan Tzannis (96) - 142.3x19,8 - Dwt : 15178 - BU 97.

 

 

(Photos : Marine Nationale & José Arocena)